Les Rendez-vous d’Accreds : SAYONARA, en présence de son réalisateur

Accréds vous accueille au Luminor Hôtel de Ville (Paris, 4e) le lundi 29 mai à 20h30 afin de (re)découvrir un film pour lequel nous avons eu un gros coup de coeur : Sayonara, de Kôji Fukada, l’un de ces films dont on vous a promis qu’ils feraient l’année cinéma. Nous avions découvert ce cinéaste japonais avec son deuxième long-métrage, Hospitalité, en 2010 à Paris Cinéma, avant de voir son talent confirmé en 2013, avec le délicat Au revoir l’été, auquel nous avions également consacré l’un de nos Rendez-vous.

Il aura fallu au moins deux festivals pour que l’ensemble de notre comité de rédaction ait le bonheur d’apprécier Sayonara, d’abord au Black Movie de Genève, puis à Kinotayo à Paris. Comme cela a été écrit sur le site, certains noms sont venus naturellement à l’esprit en regardant cette paisible chronique post-apocalyptique : Sono Sion, Masahiro Kobayashi, Kiyoshi Kurosawa (auquel Sayonara emprunte son habituel directeur de la photo). Mais aucun d’eux ne suffisait à lui seul à résumer l’approche de Kôji Fukada, révolutionnaire dans sa préparation comme dans son exécution.

Sayonara est l’adaptation d’une pièce de théâtre dont la particularité est de confronter une femme à une androïde. Une véritable androïde, avec tout ce que cela implique d’autonomie et de fantasme cybernétique, et non pas une vulgaire poupée. Geminoid F n’est pas un effet spécial : elle est. Sayonara est un Blade Runner devenu réalité, chargé du même spleen, celui qui gagne à mesure que l’on prend conscience de la Fin, mais doré à la lumière estivale plutôt qu’inondé de pluie.

Face à Geminoid F, sa propriétaire/maîtresse/amie, interprétée par Bryerly Long, également productrice du film et actrice originelle de la pièce. Elle raconte qu’au Japon, quand les spectateurs entraient dans le théâtre et la découvraient immobile, ils la prenaient d’abord pour l’androïde, à cause de ses longs cheveux blonds et de sa haute taille. Elle était l’étrangeté, l’Etrangère même, dans un pays qui aime à considérer l’androïde comme un alter ego ordinaire. Et Geminoid F, un individu à sa place. Cette permutation, on la ressent, dans un sens puis dans l’autre, alternativement, à mesure que passent les jours et qu’agonise un Japon devenu inhabitable, suite à une catastrophe nucléaire. Ces deux femmes vont échanger, se soutenir, s’effacer et réapparaître, nous invitant à nous interroger sur ce qui sépare encore l’humain de la machine, la nature de la civilisation, à nous demander quelles traces nous laisseront dans notre monde quand il nous aura depuis longtemps survécu.

SAYÔNARA (Japon, 2015), un film de Kôji Fukada, avec Bryerly Long, Hirofumi Arai, Geminoid F. Durée : 112 minutes. Sortie en France le 10 mai 2017, grâce au distributeur Survivance.

Rendez-vous le lundi 29 mai à 20h30 au Luminor Hôtel de Ville (20 rue du Temple, 75004 Paris – Métro : Hôtel de Ville) pour la projection du film, suivie d’un débat avec le réalisateur Kôji Fukada.

Réservation possible sur le site du Luminor Hôtel de Ville au prix de 9 euros l’entrée. Les cartes UGC Illimité et Le Pass sont acceptées.