La Roche-sur-Yon 2011 : comme nulle part ailleurs

Pour sa deuxième édition, le Festival International du Film de la Roche-sur-Yon réaffirme la singularité de sa direction artistique. Copieux et exigeant, avec Walter Murch, James L. Brooks et Jia Zhang-ke parmi les nombreux invités. 

Au FIF de la Roche-sur-Yon, les invités d’honneurs sont américains et ils viennent toujours par deux. Du moins pour le moment. L’année dernière, il y eut les vénérables Monte Hellman et Abel Ferrara. Leur succèdent cette année Walter Murch, le monteur attitré de Coppola, et James L. Brooks, « maître ignoré » selon Jacky Goldberg des Inrocks qui animera la rencontre publique avec le réalisateur de Comment savoir. Murch, pour sa part, proposera une conférence-performance sur les dernières tendances du montage numérique. Montage encore avec la présentation d’une nouvelle version de La Soif du Mal, réalisée par ses soins. Murch est également l’auteur de En un clin d’œil, ouvrage publié chez Capricci qui s’annonce – les choses sont plus explicites à ce sujet que l’an passé – comme le grand partenaire du FIF de la Roche-sur-Yon : un livre de Jia Zhang-ke (Mon gène cinématographique) accompagne la rétrospective intégrale de son œuvre en sa présence tandis que Il n’y a pas de rapport sexuel (portrait de l’acteur porno HPG produit et distribué par la maison cofondée par Emmanuel Burdeau) est programmé dans le cadre des « Rencontres du cinéma indépendant ».

Par deux encore viennent les programmateurs invités. Bertrand Bonello et Michel Hazanavicius parleront de leur cinéma à l’aune de celui des autres – Boulevard de la Mort comme proche parent de L’Apollonide, proximité entre la série OSS 117 et les films Adam Sandler ou la comédie italienne ou Victor Victoria de Blake Edwards. A voir.

Deux événements enfin font l’extrême singularité de la Roche-sur-Yon. D’une part, la projection de The Corner, mini-série de six épisodes diffusée par HBO qui prépare The Wire – dont quelques épisodes furent projetés l’an passé. D’autre part, une « prospective » Shinji Aoyama, autrement dit une présentation des films non encore distribués du cinéaste japonais (comme ce fut le cas en 2010 avec Ferrara).

N’oublions pas la compétition internationale, pièce de résistance d’une manifestation qui se veut davantage laboratoire d’expérimentation que vitrine glamour. Les cinéastes sélectionnés seront là pour parler de leur travail mais, durant ces cinq jours, la star c’est le film.

Le 2e Festival International du Film de la Roche-sur-Yon se déroule du 13 au 18 octobre 20111

Pour plus d’informations :

www.fif-85.com