VESOUL 2012 : Tran Anh Hung, Kore-eda et quelques brûlures

Programmé trois semaines avant le festival du film asiatique de Deauville, Vesoul confirme une fois encore qu’il n’est aucunement l’antichambre de son homologue normand mais bien un complément essentiel. Une dizaine de Premières françaises, de nombreux classiques et des hommages à Tran Anh Hung et Hirokazu Kore-eda sauront combler les festivaliers en février.

Vesoul 2012 frappe fort en ce début d’année avec deux hommages, en leur présence, aux cinéastes Tran Anh Hung et Hirokazu Kore-eda.

L’occasion de revoir (presque) toute l’oeuvre du premier, cinéaste vietnamien à qui l’on doit L’odeur de la papaye verte (Caméra d’or 1993), Cyclo (Lion d’or 1995), A la verticale de l’été (2000) et La ballade de l’impossible (2011). Seule son aparté américaine avec Josh Hartnett (Je viens avec la pluie, 2009) est exclue d’une manifestation toujours exclusivement asiatique.

Seront aussi visibles les quatorze films et documentaires de Hirokazu Kore-eda, et notamment Miracle, son dernier long-métrage à sortir en salles en avril prochain. Une occasion rare de parcourir l’ensemble de la filmographie de l’un des plus grands noms du courant qui fut appelé « la nouvelle Nouvelle Vague japonaise » durant les années 1990. Lauréat du Lion d’argent de la meilleure mise en scène à Venise en 1995 pour Maborosi et de la Montgolfière d’or aux 3 Continents en 1998 pour son bouleversant After life, Kore-eda a connu la consécration avec les sélections cannoises de Distance (2001) puis de Nobody Knows (2005 ; plus de 150 000 spectateurs en France). Le réalisateur a façonné une oeuvre puissante autour du souvenir et du deuil, thématiques diffuses dans un filmage paradoxalement léger, ouaté, flottant.

La bande-annonce VOSTF du mémorable Nobody Knows peut en témoigner :



Vesoul propose aussi un regard sur le cinéma kazakh (20 films dont 16 inédits en France) et une imposante thématique « Brûlures de l’Histoire ». Parmi les films choisis, quelques merveilles qui gagneront assurément à être (re)découvertes sur grand écran : La terre abandonnée de Vimukthi Jayasundara (Sri Lanka, 2005), Le soleil d’Alexandre Sokourov (Russie, 2004) ou encore Vivre dans la peur d’Akira Kurosawa (Japon, 1955).

Autre long sélectionné dans cette thématique : 11 Fleurs de Wang Xiaoshuai (Beijing Bicycle), qui se dévoile pour l’instant via une bande-annonce sous-titrée en anglais avant sa projection vésulienne de février et sa sortie nationale le 9 mai prochain.

Enfin, les 8 films de le Compétition, eux, sont tous projetés en Première française.

La liste ci-dessous :

Dance Town de Jeon Kyu-hwan (Corée)
Khalifah de Nurman Hakim (Indonésie)
Final Whistle de Niki Karimi (Iran)
Sunny Days de Nariman Turebayev (Kazakhstan)
Nino de Loy Arcenas (Philippines)
August Drizzle d’Aruna Jayawardana (Sri Lanka)
Return Ticket de Teng Yung Shin (Taiwan)
Le temps dure longtemps d’Özcan Alper (Turquie)

Le 18ème Festival international des cinémas d’Asie de Vesoul se déroule du 14 au 21 février 2012