Les rendez-vous d’Accreds : BANGKOK NITES et l’inédit OFF HIGHWAY 20, en présence de leur réalisateur Katsuya Tomita

Accreds vous accueille au Luminor Hôtel de Ville (Paris, 4e) le samedi 25 novembre pour un double programme exceptionnel : en présence de leur réalisateur Katsuya Tomita, les projections de ses films Off highway 20 (inédit en France à l’exception d’un passage au Festival de La Rochelle en juillet) et Bangkok nites, un des grands films de cette fin d’année et dont nous sommes partenaires.

Deuxième long-métrage de Katsuya Tomita, réalisé en 2007, Off highway 20 contient déjà en germe tout ce qui explose dans Bangkok nites et en fait l’un des films les plus beaux et les plus intelligents de 2017. Bien que tourné avec trois fois rien, Off highway 20 ne manque pas d’étonner par certaines idées visuelles qui préfigurent les splendeurs de Bangkok nites (l’utilisation de la musique, l’immixtion des rêves à la réalité, la variation du regard quand il s’agit de filmer les intérieurs ou la rue, les néons de la ville ou la jungle à la campagne…). Et d’un film à l’autre, en passant par Saudade (2011), se trace un sillon d’une cohérence aussi puissante que pessimiste : il n’y a pas d’échappatoire pour les sans-grades, peu importe l’énergie qu’ils déploient et la distance qu’ils parcourent.

Off highway 20 se déroule dans un espace restreint, en banlieue d’une ville de province japonaise (Kofu, la ville natale de Tomita) – un appartement, un bar, une salle de pachinko (la version japonaise, très populaire, des machines à sous). Les personnages tournent entre ces trois lieux comme des hamsters en cage, tout en rêvant à la Thaïlande qui deviendra une réalité dans Bangkok nites. Néanmoins, d’une certaine manière, peu importe cette expansion géographique. La conclusion pour les protagonistes reste la même : ils ne vont nulle part, leur errance circulaire les ramenant sans cesse au même point. Les héros des films de Tomita sont des sans-grades, membres de la classe ouvrière corvéable, priée de vendre son corps en échange d’une somme d’argent leur permettant tout juste de survivre, mais en aucun cas d’espérer viser plus haut. Le modèle économique est pensé pour leur maintenir la tête sous le plafond de verre – et il en va de même quand ils se tournent vers l’économie clandestine gérée par les yakuzas. Le héros de Off highway 20 se retrouve pris à la gorge par des emprunts qu’il ne peut rembourser ; les protagonistes de Bangkok nites ont bien conscience qu’ils se font tout autant arnaquer que les touristes japonais qu’ils ont pour rôle de balader dans les quartiers chauds de Bangkok pour y dépenser des sommes exorbitantes.

Les choses sont-elles désespérées, alors ? Pas tout à fait. Via les films du cinéaste, les rencontres qu’il fait et les découvertes qu’il nous fait faire, lui et nous accumulons de quoi nous défendre, nous affirmer. La discussion avec Katsuya Tomita (qui présentera également les deux séances) prévue après la projection de Off highway 20 sera l’occasion de prolonger cet aspect de son travail, en échangeant de vive voix au sujet de son œuvre précieuse, étonnante, unique en son genre.

Rendez-vous le samedi 25 novembre au Luminor Hôtel de Ville (20 rue du Temple, 75004 Paris – Métro : Hôtel de Ville) pour la projection de Off highway 20 à 17h45 suivie d’une rencontre avec le réalisateur Katsuya Tomita ; puis à 20h la projection de Bangkok nites présentée par Tomita.

Réservation possible sur le site du Luminor Hôtel de Ville au tarif de 15 euros pour les deux films, ou 9 euros pour un. Les cartes UGC Illimité et Le Pass sont acceptées.

D’ici-là, pour en savoir plus sur le cinéma de Katsuya Tomita : notre compte-rendu de l’hommage qui lui a été rendu au FIFLR.